repères, Il y a des valeurs........

repères, Il y a des valeurs........

Semaine nationale de la Culture/ Bobo 2008 après le tsunami du 20 février

Semaine nationale de la Culture

Bobo 2008 après le tsunami du 20 février

 

Le top départ de la XIVe édition de la Semaine nationale de la culture a été donné ce samedi 22 mars. Elle se tient du 22 au 29 mars à Bobo-Dioulasso. Selon les organisateurs, plus de 3000 artistes et 400000 festivaliers sont attendus dans la ville de Sya.

 

La ville de Bobo-Dioulasso renaît de ses cendres après les manifestations violentes des 20 et 21 qui avaient laissé derrière elles beaucoup de dégâts. Certainement qu’elle retrouvera le visage d’une ville animée et vivante avec cette fête pendant une semaine.

Le choix du thème : « Une éducation culturelle pour une jeunesse citoyenne » fait la part belle à la jeunesse qui non seulement connaît peu la culture burkinabè mais aussi semble perdre ses repère dans une mondialisation culturelle qui l’envahit. Mais qu’est-ce qui a été fait pour permettre au grand nombre de participer à la biennale culturelle ? Les ministères chargés des enseignements et de la jeunesse auraient pu conjuguer leurs efforts pour permettre une participation plus importante de la jeunesse. Ce qui permettrait de voir les richesses culturelles de leur pays. Les résultats seraient plus qualitatifs que les concerts géants organisés à leur honneur à coûts de millions. En somme, l’importance ne devrait pas être perçue seulement que lors de l’organisation du forum national des jeunes et de la journée nationale de la jeunesse.

Le choix de Monseigneur Anselme Tatiama Sanou, Evêque de Bobo-Dioulasso pour parrainer cette édition est un message. Parce que l’homme reste un repère dans l’opinion burkinabè. En effet, même en tant que prélat, il ne manque pas d’occasion pour montrer son attachement à ses racines.

C’est la troisième fois consécutive qu’un Burkinabè est choisi pour le parrainage  de la SNC. Les mentalités ont évolué parce que nous avons vu à d’autres éditions des parrains venus d’ailleurs. Il est alors important de continuer à la valorisation des personnalités qui constituent des repères pour les Burkinabè. La question que beaucoup se posent est de savoir si Bobo Dioulasso sera au rendez-vous ? Sur le plan organisationnel, le Comité d’organisation a été installé à quelques semaines de l’édition. Par conséquent, la SNC n’échappera à la règle selon laquelle les Burkinabè adorent la dernière minute. Jusqu’à l’heure de l’ouverture, on continuera toujours de clouer des pointes. Pourtant la dernière édition a eu lieu en mars 2006. Est-ce les défaillances organisationnelles qui ont amené le ministre de la Culture Filippe sawadogo à dire qu’il fallait préparer dès maintenant la prochaine édition qui se tiendra du 27 mars au 3 avril 2008.

Nous avons déjà participé à une édition de la SNC mais ce qui nous a marqué est que nous avons eu l’impression qu’elle est organisée pour les responsables qui viennent de Ouagadougou. Pendant qu’ils sont bien logés dans les hôtels de Bobo-Dioulasso, les artistes sont parqués dans les écoles et lycées. Pourtant, cette biennale de la culture est organisée pour les artistes afin qu’ils expriment leurs talents. C’est aussi un rendez-vous pour voir leur misère qui amène de leurs villages.

Il y a assez de griefs à l’endroit des organisateurs de la SNC. Certains pensent que les membres des jurys sont toujours les mêmes depuis belle lurette. Pourquoi pas intégrer des anciens lauréats dans certains jurys ? Nous en connaissons qui vivent dans l’anonymat total pourtant plusieurs fois lauréats.

Nabi Youssfou



23/03/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres