repères, Il y a des valeurs........

repères, Il y a des valeurs........

Le Premier ministre sur le terrain/Les longs cortèges coûteux en carburants ?

Le Premier ministre sur le terrain

Les longs cortèges coûteux en carburants ?

 

Le Premier ministre Tertius Zongo prend l’habitude de se rendre sur le terrain. Certains ministres en font autant. C’est de bonne guerre, car il s’agit pour eux de « toucher du doigt » les réalités du Burkina profond. Quand bien même certains pensent qu’on porte le Faso Dan Fani pour visiter les champs. C’est le côté budgétivore des visites qui nous intéresse. Le nombre de véhicules qui implique forcément une consommation de carburants. En ces moments d’austérité, le gouvernement pourrait revoir sa copie. 

 

Le Premier ministre Tertius Zongo s’est attaqué à l’usage abusif des véhicules de service les week-ends. L’opinion l’a félicité pour les opérations menées pour interpeller les éventuels fautifs. L’Indépendant avait fait sa part de boulot. Nous avons sillonné la capitale le week-end du 5 au 7 janvier 2007 pour identifier les fonds rouges et blancs (AT et IT). Nous avons rencontré dans notre aventure 99 véhicules. Notre travail préliminaire visait à tirer la sonnette d’alarme.

De nos jours, la question préoccupe l’Assemblée Nationale. En effet, les opérations menées par les forces de police feront l’objet d’une interpellation du Premier ministre Tertius Zongo à l’Assemblée Nationale au cours de la présente session.

 

Le carburant en fumée

 

Les Burkinabè estiment que l’usage des véhicules fonds rouges a diminué. Mais un autre phénomène non négligeable est là : les sorties des officiels sur le terrain aboutissent à une consommation excessive de carburant parce qu’elles mobilisent trop de véhicules.  

Des ministères sont arrivés à  l’institutionnalisation des visites sur le terrain : l’agriculture et la santé, etc.

Les Burkinabè ont pu constater que les localités visitées sont inondées de véhicules de l’Etat. Quand le ministre Alain Yoda était à la Santé, son cortège était toujours impressionnant.

Certains derniers temps, c’est le Premier ministre qui donne à voir de tels spectacles lors de ses visites dans les régions. Personne ne remet en cause l’utilité des sorties sur le terrain. La présence de Tertius Zongo sur un chantier comme celui de Fada peut accélérer les choses. La mobilisation des ressources humaines et financières n’est souvent pas raisonnable pour peu de choses. Combien de véhicules les officiels utilisent-ils lors d’une telle visite ? 10 ? 20 ? 30 ? 40 ? 50 ? 100 ? Nous n’étions pas aux différentes sorties, mais les images de la télévision nationale nous montrent un cortège très impressionnant. Imaginons toutes les autorités locales qui doivent converger vers le chef-lieu de la région parce que le Premier ministre sera là. Ce sont des pertes en carburants pour les localités. Pendant ce temps, les ambulances ne décollent pas des centres médicaux tant que les malades ou leurs parents déboursent pas de l’argent. Si le Premier ministre ne veut pas lui-même « verser son bébé avec l’eau du bain », il  songerait à réduire les coûts des visites sur le terrain. Il n’y a pas longtemps des cartes pour carburant ont été instituées pour amoindrir la perte des  bons d’essence.

 

Des propositions

Le gouvernement peut se doter d’un car pour transporter les membres du gouvernement pour les visites où ils sont  tenus d’être présents.

Le Premier ministre peut imposer un nombre de ministres pour les cérémonies hors de Ouagadougou.

Chaque ministère peut utiliser un car pour embarquer la délégation qui suit le ministre. Cela éviterait à chaque directeur central d’aller avec son véhicule de fonction.

Les délégations peuvent être réduites, composées de personnes dont la présence est indispensable.

Le Premier ministre peut essayer de tendre vers la fin des présences protocolaires obligatoires parce que ce sont des frais de missions et du carburant qui crèvent le budget.

Ce sont des propositions qui feront grincer des dents parce qu’elles restreindront les avantages (gombo) des responsables. Il le faut parce que nous avons l’impression que les mesures gouvernementales d’austérité visant à réduire le train de vie  de l’Etat ne touchent pas les premiers responsables. Elles n’ont nivelé que le bas.

 La responsabilité sous nos tropiques est le passeport des avantages accordés par l’Etat. Ce qui explique une course effrénée au clientélisme.  Après, l’on se rend compte qu’on a eu tort de leur faire confiance parce que l’Etat a assez perdu dans leur gestion.

Des petits pas sont faits pour réduire le train de vie de l’Etat : opération de saisie des véhicules fonds rouges, cartes pour carburant, etc. Mais il y a d’autres pans de ce train de vie qui nécessitent de grands pas. Ce n’est pas trop demander à un Premier ministre qui est venu balayer la maison. Ne serait-ce pour son franc-parler et ses premiers actes, il donne des gages de bonne volonté. Nous attendons toujours les coups de râteaux. La maison est trop sale.

                                                                                                 Ben Youssouf



06/10/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres