repères, Il y a des valeurs........

repères, Il y a des valeurs........

Des Accords de Partenariat Médiatique entre l’UA et l’UE

FORUM «MEDIAS ET DEVELOPPEMENT»

Des Accords de Partenariat Médiatique entre l'UA et l'UE

 

Ouagadougou a abrité les 11, 12 et 13 septembre, un forum « Médias et Développement » conjointement organisé par l'Union Européenne (UE) et l'Union Africaine (UA). Pour l'occasion, le premier responsable de l'UA, Jean Ping était accompagné par le Commissaire européen au développement, Louis Michel. Plusieurs responsables de médias et experts des deux continents ont pris part à cette rencontre. Elle a accouché d'une feuille de route d'actions, engageant l'Union Européenne et l'Union Africaine. Des consensus en faveur des médias que nous avions nommés Accords de partenariat médiatique.

 

Les communications au forum ont répondu à toutes les questions liées à la thématique: Comment garantir l'indépendance des médias face aux intérêts économiques ou politiques ? Comment protéger juridiquement les organes de presse et les journalistes ? Comment organiser une formation adéquate des journalistes aux techniques d'investigation et à la recherche de la vérité ? Comment définir les droits et obligations de la presse ? Comment faire contribuer les médias à des politiques de développement efficaces ? Comment lutter contre les stéréotypes véhiculés sur l'Afrique en Europe et sur l'Europe en Afrique ? Comment favoriser l'émergence de médias de qualité à l'échelle locale, nationale et internationale ? Les préoccupations ont fait l'objet d'une feuille de route qui permettra aux médias de renforcer leur rôle dans le développement. De bonnes intentions qui ne mettent pas fin à notre scepticisme.

 

Le fossé démocratique

Il n'est pas superflu de dire qu'il y a un fossé entre les deux continents en matière de démocratie et de médias. L'Europe ne souffre pas de déficit démocratique, c'est l'Afrique qui donne à voir au reste du monde des cas d'école : le putsch en Mauritanie, les élections contestées au Kenya et au Zimbabwe, l'emprisonnement du journaliste Moussa Kaka au Niger, le saccage de sièges de journaux au Sénégal, etc.

Les points de la feuille de route relatifs à la démocratie, à la liberté de presse et à la gouvernance sont adressés à l'Afrique. Si la démocratie fonctionnait normalement dans nos Etats, les médias ne rencontreraient pas de problèmes dans l'exercice de leurs missions. Si les journalistes ne peuvent pas faire leur travail parce que des gouvernants pensent que leur place se trouve en prison, le rôle des médias ne devrait pas être universel.

Ce forum a mis la barre très haute. L'Europe et l'Afrique sont mises au même niveau pour des questions qui se rapportent plus à l'Afrique.

 

Des préalables

L'intérêt d'un tel forum c'est d'avoir revisité le rôle des médias : «les médias sont des acteurs essentiels à la réussite du développement et à la construction d'Etats démocratiques». Il a été alors dégagé des positions communes quant au « rôle de médias libres et incontournables pour construire des Etats justes et impartiaux fondés sur des élections libres et justes, un système administratif, politique, judiciaire et économique garantissant l'accès égal à tous les citoyens, à une prospérité équitablement partagée ». Quelle soit la feuille route sur les médias, les préalables restent la démocratie et la bonne gouvernance. C'est le politique qui crée ces conditions favorables au bon fonctionnement des médias. Sur le continent, les médias sont les premières victimes des déficits démocratiques. Le Président Blaise Compaoré a affirmé à l'ouverture du forum que son pays avait l'une presse libre et critique du continent. Nous dirons qu'à l'image de notre démocratie, elle est aussi contrôlée.

L'Union Africaine est constituée d'Etats aux régimes politiques différents. La démocratie n'est pas forcément la chose la mieux partagée. L'UA s'est contentée de condamner le coup d'Etat en Mauritanie, pourtant en mars elle a conduit une intervention militaire à Anjouan pour chasser un régime illégal. Un exemple d'ingérence qui devait faire jurisprudence pour toute atteinte à la démocratie. Mais hélas, la Mauritanie n'est pas Anjouan.

Avant un tel forum, il aurait été nécessaire que les dirigeants de l'UE et de l'Union Africaine se retrouvent pour faire d'abord le bilan de la démocratie sur le continent, 18 ans après le sommet de Baule. Le premier responsable de l'UA vient d'un pays où le président règne depuis 41 ans. A qui donnera-t-il une leçon d'alternance démocratique ?

 

Autres questions

La question de la formation des journalistes a été une préoccupation au forum. Les participants ont défendu le soutien aux écoles de formation et le partenariat à la mobilité des étudiants. L'Afrique a déjà des expériences d'écoles de formation de journalistes (Dakar, Yaoundé) soutenues par des partenaires européens. Ces écoles ont connu des difficultés avec le retrait des bailleurs de fonds. Est-ce le retour de ces derniers ? A quelles conditions ? Que deviendront encore ces écoles à leur départ?

Au Burkina, il y a deux pôles de formation de journalistes. L'université forme pour l'essentiel pour le privé. Le ministère de la communication a son institut pour former des journalistes de la presse d'état. S'il y a soutien, les deux structures bénéficieront-elles ? Ou bien laquelle bénéficiera-t-elle s'il y avait un choix à faire ?

L'échange des programmes a aussi été autre préoccupation. L'Europe a toujours été la plus productive parce qu'elle en a les moyens. Il ne peut avoir d'échanges bénéfiques pour les deux continents que si l'Afrique en produisait autant. Dans le cas contraire, l'Europe l'inondera toujours l'Afrique avec ses programmes. Nous crierons toujours à l'invasion culturelle.

L'intérêt des échanges est de mettre fin aux images néfastes sur les deux continents. Quelles productions pour l'Afrique pour combler son retard ? Quels moyens bénéficiera-t-elle de l'Europe ? Quand on sait que dans le domaine du cinéma, les fonds sont assortis de conditions. Souvent même la modification des scénarii.

De nos jours, les enjeux sont immenses pour l'Europe quant à la question de l'immigration. Dans les échanges de programmes, l'Europe aura bien un intérêt que les médias dissuadent les Africains d'emprunter les bateaux pour l'Europe. Alors il faudra des images d'une Afrique prospère. L'Europe est-elle prête à mettre le prix ?

Ces accords de partenariat médiatique signés à Ouagadougou présentent une Europe et une Afrique qui ont les mêmes vues sur les questions des médias. Pendant ce temps les accords de partenariat économique (APE) posent problème. Pourtant, l'information est devenue une denrée qui transporte les autres.                                                                                              

                                                                 BEN YOUSSOUF



29/09/2008
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres