repères, Il y a des valeurs........

repères, Il y a des valeurs........

Commune de Ouagadougou/Simon Compaoré tiendra-t-il ses engagements ?

Commune de Ouagadougou

 

Simon Compaoré tiendra-t-il ses engagements ?

 

Le Maire de Ouagadougou, Simon Compaoré est tenu par deux engagements qu’ils a pris devant les concitoyens de sa commune : La réouverture du marché Rodwooko et la fermeture des chambres de passe. Si pour le premier, les choses semblent se préciser, la délicatesse du deuxième engagement laisse planer des doutes. Nous sommes fondé de nous demander si le maire de Ouagadougou les tiendra?

 

L’incendie du marché Rodwooko a été une perte pour la nation en général et les commerçants qui ont tout perdu en particulier. La réhabilitation dudit marché a certainement constitué une priorité majeure pour les autorités municipales. Si la réouverture a lieu effectivement en fin mars, le Maire Simon Compaoré pourrait dire ouf. Un dossier qui lui a fait perdre sûrement des cheveux. 

 

Le marché qui fait tant de bruit

Depuis l’incendie du marché Rodwooko le 27 mai 2003, beaucoup de choses ont été dites sur ce sinistre qui n’a pas donné lieu à une enquête judiciaire afin de situer les responsabilités. Récemment dans une de nos parutions nous avons fait ce reproche au Maire Simon Compaoré. Pour tout ce qui est arrivé au marché, le maire en a pris pour son garde : critiques de la presse et de l’opposition, chansons d’artistes etc.

La rumeur la plus folle qui avait couru en son temps est que le maire de Ouagadougou voulait vendre le marché à un richissime du Golfe. Rumeur qui a été démentie aux premières heures par le Maire Simon Compaoré.

Le marché Roodwoko a fait l’objet d’émeutes en début février 2004. Une assemblée générale de commerçants avait été réprimée violemment par la Compagnie Républicaine de sécurité (CRS). La suite, les commerçants ont manifesté leur colère en brûlant des pneus, pillant des boutiques dans les quartiers de Ouagadougou. Simon Compaoré désignera son bouc émissaire. Le Collectif contre l’impunité et l’opposition sont accusés d’être les responsables de l’incivisme aux jeunes de sa commune.

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis mai 2003. Le maire de Ouagadougou avait un souci majeur, celui de la réhabilitation du marché Roodwoko. Il a pu mobiliser les financements nécessaires pour redonner vie à ce poumon économique qui a tant manqué à la Ville de Ouagadougou.

En ce moment, le Maire est actuellement aux pas de course pour la réouverture du marché Roodwoko. Il avait donné l’échéance de mars 2009. Tiendra-t-il cet engagement ? Il y a des signes qui nous font croire que le maire est presqu’au bout de ses peines. Les préparatifs sont annoncés dans la presse par les déguerpissements des commerçants anarchiquement installés aux alentours du marché. Les opérations coups de poings, les rencontres de sensibilisation avec les commerçants dirigés par la Police municipale montrent à tel point la question de la sécurisation du marché reste une question centrale pour les autorités municipales. Eviter les erreurs du passé, semble être leur leitmotiv. L’anarchie a été la principale cause de l’incendie du marché Roodwoko le 27 mai 2003.

Il y a aussi une question primordiale à régler, qui pourrait être un casse-tête actuel pour les autorités communales. Qui intégrera le marché Roodwoko en fin mars 2009 ? Des conditions ont certainement été redéfinies. Des séances d’explication ont été données aux commerçants. Combien de mécontents feront les critères de sélection ? Les listes des commerçants qui ne sont pas à jour des arriérés, publiées dans la presse quotidienne montrent qu’il pourrait avoir des mécontents dans ce lot. Ceux qui ne payeront pas leur dette perdraient certainement leurs chances de réintégrer le marché. Combien de commerçants pourront s’acquitter du moment où certains avaient tout perdu dans l’incendie ?

Nous sommes certain, il s’agit là d’une affaire de gros sous. La boutique devrait coûter plus chère qu’avant.

 

La fermeture des chambres de passe

 

A la présentation de vœux de l’année 2008, le Maire de Ouagadougou avait pris l’engagement de lutter contre la prostitution en fermant les chambres de passe. L’opportunité d’une telle lutte a fait l’objet de débats dans l’opinion. Dans sa croisade, le Maire avait donné trois mois aux gérants des chambres de passe pour changer d’activités. Ce délai étant insuffisant compte tenu de la sensibilité de la question, il leur a été accordé une année. L’échéance arrivera à terme en avril. Pendant tout ce temps, les autorités municipales ont obligé les gérants de ces chambres à se soumettre aux règles de la propreté et de l’hygiène. Lors de certains contrôles, certains endroits sont fermés pour non respect de ces exigences.

A l’échéance donnée, le Maire de Ouagadougou pourra-t-il tenir son engagement ? La polémique ne va-t-elle pas renaître ? Les avis sont partagés sur la fermeture des chambres de passe. Bon nombre de gens pensent qu’il s’agit là de fermer les lieux de jouissance des moins nantis. Pendant ce temps, les auberges et les hôtels resteront les lieux où les nantis iront faire leur besogne. Après un an de polémique, nous sommes certain que les autorités municipales ne pourront pas fermer toutes les chambres de passe parce qu’elles ne savent pas où elles toutes se trouvent. Chaque jour, les chambres de passe naissent dans nos quartiers avec plus de discrétion. Tout cela nous fait dire que la fermeture ou la reconversion des chambres de passe restera un serpent de mer. Le Maire de Ouagadougou s’est donné une tâche herculéenne. Nous attendons de voir comment il va s’y prendre à la fin de l’échéance. Nous craignons fort que ce problème finisse comme l’engagement que le Maire avait pris en 1996 de retirer les parcelles qui ne sont pas mises en valeur. Face aux enjeux et à la réalité, il était contraint de se rebiffer. Ce n’est aussi la première fois où le maire tente l’aventure de lutter contre la prostitution. En 1996, il y a tenté. Mais le plus métier du monde résiste au temps et aux décisions politiques. Surtout que ces dernières années, la prostitution a pris de l’ampleur. Il suffit de voir les montures des pratiquantes pour se rendre à l’évidence que ce métier est rentable. Très rentable.

Nabi Youssfou

 

 



23/02/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres