repères, Il y a des valeurs........

repères, Il y a des valeurs........

Convention nationale du CDP/Roch Marc Kaboré sur l’offensive

Convention nationale du CDP

Roch Marc Kaboré sur l’offensive

 

Le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) a tenu sa convention les 13 et 14 septembre derniers. Il s’agissait pour les participants, de faire un bilan à mi-parcours de la vie de leur parti avant le prochain congrès. Cette rencontre est intéressante à plus d’un titre. C’est la convention du parti au pouvoir, du parti-Etat. Le parti qui monopolise et contrôle la vie politique nationale. Beaucoup d’encre et de salive ont coulé depuis son dernier congrès en 2006.

 

Roch Marc Christian Kaboré veut que l’on convienne avec lui qu’il n’y a pas crise dans son parti. Nous ne voulons pas être parmi ceux qu’il qualifie d’oiseaux de mauvais augure, mais les faits sont là.

 

Les dirigeants du CDP ne se portent pas bien

Le parti au pouvoir a remporté toutes les élections qui ont eu lieu au Burkina depuis 1990. Les plus récentes sont : la présidentielle de 2005, les municipales de 2006 et les législatives de 2007. Auréolé de toutes ces victoires, pourquoi le CDP ne se portera-t-il pas bien ?

Les signes de sa mauvaise santé nous ont été donnés par les actes posés par des militants de ce parti et pas des moindres.

Au renouvellement des structures du CDP dans le Zandoma en 2006, deux camps se sont affrontés à coups de gourdins. Ce qui a valu des sanctions à des militants CDP de la zone.

A Bobo-Dioulasso, l’ancien maire de la localité, Célestin Koussoubé claquait la porte du CDP pour rejoindre l’ADF/ RDA. Il y a eu des cas similaires dans plusieurs localités du Burkina.

En mai 2007, la constitution des listes du CDP pour les législatives a donné lieu à des gorges chaudes. Nous avons en mémoire le refus de Marc Yao de faire partie d’une liste où il était mal placé. Ce dernier fait partie aujourd’hui du groupe des refondateurs du CDP.

On dira que tous ces exemples font partie des épiphénomènes que le CDP avait pu juguler en son temps. Malgré ces péripéties, le CDP a remporté largement les législatives de mai 2007. Néanmoins, il a pris un coup dans certaines localités.

Certains départs sont justifiés par le fait que les dirigeants du CDP imposent des militants qui sont vomis par leur base à la place de militants plus méritants plus populaires. Ce mérite est attesté par leur élection sous la bannière d’un autre parti.

Nous avons pris ces exemples pour montrer que quelle soit la petitesse des crises, elles révèlent quelques malaises. Même si la direction du CDP feint de ne jamais l’accepter en public.

Les décisions de la Convention nous situent sur les problèmes sont issus d’une « autocritique et analyse sans complaisance de la vie du parti ». Ces dernières ont pour objectifs de régler ces problèmes.

 Au constat, le CDP a un problème de textes fondamentaux qu’il faut relire. Certains articles de 1996 sont devenus caducs.

Il y a de l’indiscipline au CDP due au manque de démocratie interne. Les sanctions sur les cas d’indiscipline ne sont toujours pas effectives. Cela est peut-être tributaire au manque de formation civique et politique.

Le CDP a un problème de gestion de ses cadres, il crée un département qui s’en occupera. Ces cadres se disent lésés dans la distribution des postes.

Malgré tout, Roch Marc Christian Kaboré se met sur la défensive : « Je saisis cette opportunité pour dire aux oiseaux de mauvais augure, qui excellent dans la confusion des genres, d’arrêter de prendre leurs rêves pour des réalités. Car non seulement le CDP se porte bien, mais rien n’oppose ces deux entités fort complémentaires…La FEDAP/BC est une association de soutien à l’action du président du Faso et ne peut nullement concurrencer le CDP ».

En fin de compte le CDP n’est pas en crise, ce sont ses dirigeants qui sont en crise.

 

Qui est fou au CDP ?

Si Roch Marc Kaboré faisait un bilan négatif du CDP, cela veut dire qu’il incriminerait sa propre gestion à la tête du parti. Le bilan de l’autosatisfaction est le fort des structures politiques d’une certaine idéologie.

Nous pensons que son mémoire en défense s’adresse plus à ses adversaires politiques. En ce qui concerne la presse, ce sont eux qui nous ont donnés du grain à moudre. Prenons l’exemple des refondateurs du CDP qui ont dit à plusieurs reprises que la gestion de leur parti est opaque. Que veut Roch Marc Kaboré ? Que la presse dise que les refondateurs ont menti. Pourtant, elle a pu constater elle-même des faits qui ne témoignent pas une parfaite santé du CDP.

Pour le cas de la FEDAP/BC, des informations ont fait échos de l’absence des grosses têtes du CDP aux cérémonies de sa mise en place et de lancement de ses activités. Tout le monde sait que c’est François Compaoré qui a une main mise sur la FEDAP/BC.

La mise en place de ses démembrements dans certaines régions a donné lieu à des couacs avec des militants CDP.

Ce sont les acteurs qui montrent que les deux structures ne sont pas complémentaires. En avril, nous écrivions qu’un responsable de la FEDAP/BC parti pour la mise en place de la coordination des Cascades a dit que : « ils veulent agir là où le politique a échoué ». Le CDP fait partie du politique.

En dernière analyse, Roch Marc Kaboré nous a tenu un discours de politicien. Chacun a peur du petit président. Qui ose dire que la FEDAP/BC travaille contre le CDP ? Après Salif Diallo, personne ne souhaite recevoir le courroux du président Compaoré. Néanmoins accordons le bénéfice du doute à Roch Marc Kaboré. Leur complémentarité ou leur opposition va se savoir d’ici 2010.

                                                                         Nabi Youssfou

 Des décisions de la convention

-         Le renforcement de la discipline au sein du Parti par la promotion de la démocratie interne ;

-         La nécessité de sanctionner effectivement les auteurs d’actes d’indiscipline qui refusent de s’amender ;

-         La nécessité de mener une réflexion sur la composition et le mode de formation (élection des membres) du Bureau Politique National en vue de doter notre parti d’une direction véritablement productive à la hauteur des défis qui sont les siens ;

-         La mise en œuvre de la politique de formation des militants et des Cadres du Parti contenue dans la stratégie de formation politique et civique du Parti.

-         La création d’un Département chargé de la gestion des Cadres du Parti.

-         La mise en place d’une Commission ad hoc de relecture des textes fondamentaux du parti.



22/09/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres