repères, Il y a des valeurs........

repères, Il y a des valeurs........

Total-Burkina/Le début d’un feuilleton judiciaire

Total-Burkina

Le début d’un feuilleton judiciaire

 

Les travailleurs de Total-Burkina avaient observé une grève de trois semaines afin d’exiger la reprise de leur délégué licencié Yacouba Ouédraogo. Leur direction générale avait refusé catégoriquement d’accéder à cette exigence. Néanmoins, les travailleurs décidaient de reprendre le travail le 18 mai dernier afin de sauver qui paraissait comme l’essentiel. Pour la Confédération Générale du Travail du Burkina (CGT-B) avait promis de continuer à se battre pour la question du licenciement du délégué soit résolue. Un recours hiérarchique a été introduit auprès du ministre du travail, Jérôme Bougma.

 

Le feuilleton Total est revenu aux devants de la scène médiatique avec une réponse positive du ministre au recours.

 

Le ministre Bougma nous contredit

Dans sa décision en date du 16 juillet dernier, le ministre a infirmé la décision de licenciement prise par la directrice régionale du travail du Centre, madame Colette Lefévre. En voici ses arguments : « De l’audition des parties et l’examen des pièces du dossier, il ressort que les faits ou agissements qui vous sont reprochés relèvent de l’exercice de votre fonction représentative des travailleurs de l’entreprise conformément à l’article 316 du Code du travail, aucune faute professionnelle et personnelle ne vous est reprochée. Par ailleurs, l’autorisation de licenciement accordée à Total-Burkina lui a permis de tenir une attitude de discrimination à votre égard en violation des dispositions de l’article 38 du code du travail ». Nous félicitons le ministre Bougma pour cette décision. Parce que nous l’avons assez acculé dans ce dossier. Dans l’une de nos parutions, nous avons titré : « Que peut le ministre Bougma face aux Français ? ». Ainsi donc, il a fait quelque chose même si cette affaire est loin d’être terminée. Au regard de ce que cette dernière a provoqué comme dépenses d’énergies de part et d’autre, nous ne pouvons dire qu’il faut travailler à éviter de telles situations.

 

Thibault Fléchy ira en justice

Aussitôt, la décision ministre rendue public que les deux protagonistes sont répartis pour une bataille judiciaire. En effet, la CGT-B a organisé une conférence de presse le 21 juillet dernier, pour porter l’information au public. Dans la même soirée, la direction générale de Total-Burkina envoyait un communiqué de presse aux rédactions. Le contenu est aussi éloquent : « Total-Burkina prend acte de la décision ministérielle en se réservant le droit de recourir, à son tour, à la justice pour apprécier ladite décision. Le chemin juridique sera peut être long, mais c’est là aussi le signe d’un Etat de Droit. Nous redisons toute notre confiance en la Justice du Burkina. Quelle soit la décision qui sera prise au final par la Justice, Total-Burkina appliquera le droit ». Bon nombre de personnes s’attendait à une telle réaction. Parce que Total-Burkina ne compte toujours pas perdre la face. L’avocat de Yacouba Ouédraogo avait déjà introduit un référé au tribunal.

Nous pensons qu’il y a toujours une possibilité d’éviter le long chemin judiciaire, c’est la négociation. Cet imbroglio dans lequel Total-Burkina s’est mis n’a entraîné que des pertes en termes d’image de d’argent. Cela a été aussi bénéfique au directeur commercial Thibault Fléchy qui a été promu au poste de directeur général. A quelque chose malheur est bon. Il peut quand remercier ses délégués du personnel, surtout Yacouba Ouédraogo qu’il voue aux gémonies.

Nous pensons que Monsieur Fléchy devrait travailler à redonner une autre image à Total-Burkina. Cela commence par un dénouement heureux de la crise qu’il a gérée avec arrogance.

                                                                    Nabi Youssfou



29/07/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres