repères, Il y a des valeurs........

repères, Il y a des valeurs........

Sécurité alimentaire/Salif Diallo joue-t-il son dernier baroud d’honneur ?

Sécurité alimentaire

Salif Diallo joue-t-il son dernier baroud d’honneur ?

 

Le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources Halieutiques, Salif Diallo a annoncé un excédent céréalier brut de 777.000 tonnes pour la campagne agricole 2007-2008. Cette nouvelle qui devait réjouir les Burkinabè compte tenu des problèmes rencontrés tels que les inondations et l’arrêt précoce des pluies a suscité des interrogations et inquiétudes. Une flambée des prix des céréales est constatée sur les marchés à travers le pays. D’aucuns ont vu là un paradoxe entre l’abondance annoncée et l’inflation. Une polémique est alors née.

 

 

C’est avec juste raison que les Burkinabè s’inquiètent de la situation alimentaire actuelle. Le souci est qu’aucun Burkinabè ne devrait mourir de faim. C’est de bonne guerre si la question de la sécurité alimentaire devient un débat national.

 

Le G-14 n’a pas fait une polémique inutile

 

Dès l’annonce de l’excédent céréalier, le Groupe du 14 février (G-14) est monté au créneau pour dire que cet excédent ne collait pas avec la réalité des prix des céréales sur certains marchés du Burkina. Certains ont vite fait de dire qu’ils menaient un débat politicien. Il est allé plus loin en faisant porter sa préoccupation à l’Assemblée nationale par une question orale posée par le député Norbert Michel Tiendrébéogo au ministre Salif Diallo. Cela a permis à ce dernier de déballer toute son artillerie pour faire face à la pénurie de céréales et à la flambée des prix. Des mesures qui contribueront si elles sont effectives à soulager les populations des 15 provinces déficitaires. Qui a dit que l’opposition n’a pas fait œuvre utile ? La polémique a eu un avantage, celui d’avoir inciter le gouvernement à réagir promptement. Nous ne sommes pas sûrs qu’il aurait réagi aussi rapidement parce que cela ne fait pas partie de sa culture. Pour une fois tirons notre chapeau au G-14 et au groupe parlementaire Alternance, justice et Démocratie. Pour leur promptitude à poser des problèmes qui préoccupent plus d’un Burkinabè.

 

Le ministre Diallo a ses propres défis à relever

La promptitude avec laquelle le gouvernement a réagi face à la question alimentaire est liée au « dynamisme » du ministre Salif Diallo. Tout le monde le connaît baroudeur. En effet, il s’évertue depuis cinq ans à apporter des innovations dans l’agriculture. En atteste la petite irrigation villageoise. Si certains aléas climatiques sont entrain de piéger ses investissements, il doit être conscient que la situation alimentaire actuelle pourrait annihiler ses efforts. Par conséquent, si elle n’est pas bien gérée, les Burkinabè oublieront tout ce qu’il a fait à la tête de ce ministère. Le gouvernement recevra les critiques mais le ministre aura ses flèches.

Dans son propre camp, avec la lutte des clans, il y a des envieux pour son super ministère. On lui fera porter la responsabilité de cette crise alimentaire. Le ministre Salif Diallo semble avoir eu la bonne lecture des choses en prenant les taureaux par les cornes. Il lui faut encore plus d’énergies cette année pour suivre la mise en œuvre des mesures qu’il a annoncées à grande médiatisation.

Les enjeux sont autant personnels que nationaux. En effet il est déjà sorti sur le terrain le 16 novembre dernier à Koupéla pour lancer l’opération de vente de céréales à prix social : « 9000 francs CFA, le sac ». Cette opération du gouvernement est à saluer. Elle nécessite non seulement un sérieux suivi pour qu’elle soit profitable aux populations sinistrées mais aussi une régularité car l’année sera longue. Les expériences des responsables administratifs qui se sont illustrés dans les détournements des vivres en 2005 sont toujours vivantes dans nos esprits. C’est pourquoi toute bonne initiative gouvernementale ne rassure pas pour autant. Le gouvernement pourrait envisager la responsabilisation de certaines structures de la société civile (religieuses) qui le suppléent déjà dans ce domaine dans la mise en œuvre de cette opération. Leur participation apportera plus de transparence et de crédibilité.

N.Y



23/11/2007
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres