repères, Il y a des valeurs........

repères, Il y a des valeurs........

Négociations Gouvernement- Syndicats/Le gouvernement ne joue pas franc jeu

Négociations Gouvernement- Syndicats

 

Le gouvernement ne joue pas franc jeu

 

Les syndicats ont publié un communiqué pour annoncer la tenue de la rencontre annuelle avec le gouvernement pour les 4 et 5 décembre, mais aussi pour repréciser les points sur lesquels ils attendent  des réponses concrètes. Les travailleurs qui ont fait la grève en avril et en mai ont certainement dit ouf ! En pensant que le gouvernement s’est enfin décidé à entendre leurs cris. C’était sans compter avec la mauvaise foi du Premier ministre Tertius Zongo. A l’ouverture de la rencontre, il faisait observer qu’augmenter le pouvoir d’achat ne passe pas forcément par une augmentation de salaires. C’est connu !

 

L’ouverture de la rencontre gouvernement-syndicats a été bien médiatisée à cause de la présence du Premier ministre Tertius Zongo. Il était juste venu pour donner des leçons aux syndicats. Aussitôt reparti, les choses ont piétiné jusque-là. Quand on observe de près le ping-pong, nous sommes tentés de nous demander s’il y a réellement négociations ?

 

Que donne le gouvernement aux travailleurs ?

 

Le 4 décembre dernier, le gouvernement a donné des réponses aux revendications des syndicats. Ces derniers avaient estimé qu’il leur fallait un temps pour apprécier lesdites réponses. A l’analyse, ils ont estimé qu’il n’y avait pas de réponses concrètes à leurs revendications. Ils ont exigé du gouvernement une réponse écrite sur les dernières propositions. Elles s’articulent autour de :

-         Une augmentation de 4% sur l’indice salarial

-         Une augmentation de 4% sur les pensions

-         Une augmentation de 4% sur les salaires des contractuels

-         15 à 20% du salaire de base des catégories supérieures ne seront pas frappés de l’IUTS

-         20 à 25% du salaire de base des autres catégories ne seront pas frappés par l’IUTS

-          Les prix du gasoil et du super baisseront respectivement de 20 FCFA et 30 FCFA.

-         Pour le traitement des dossiers sociaux et l’annulation de la TVA sur les prêts bancaires, le gouvernement propose encore la mise en place des commissions pour réexaminer les questions.

Ces nouvelles propositions ont été accompagnées d’un document qui met en exergue les efforts du gouvernement : la gratuité des livres, la prise en charge des malades du SIDA, etc.

 

Les syndicats sont présentement remontés

Les responsables syndicaux nous ont fait savoir que pour obtenir ces propositions, il leur a fallu écrire plusieurs lettres et menacer de ne pas reprendre les négociations. Aussi, estiment-ils que le gouvernement ne joue pas franc jeu et il aurait pu faire les mêmes propositions dès le 4 décembre dernier. Ils auraient tous gagné du temps.

Ils pensent qu’il y a des propositions qui sont un recul par rapport à des points qui ont fait l’objet d’accord en novembre 2008.

Un rendez- vous est pris pour le 18 décembre pour apprécier ensemble les dernières propositions du gouvernement.

C’est le Premier ministre lui-même qui donne le bâton avec lequel on le fouette. En effet, à l’ouverture, il dit aux journalistes que les syndicats devraient changer leur manière de négocier. En plus, il leur fait savoir en fait qu’ils n’auront pas d’augmentation de salaires. Il justifie cela par le fait que les salaires engloutissent déjà la moitié du budget. L’augmentation du pouvoir d’achat, ce n’est pas augmenter seulement les salaires. Il termine par le fait que le gouvernement a distribué des livres et des semences.

Le point sur l’augmentation des salaires est un vieux point. C’est le gouvernement qui l’a renvoyé à trois reprises. Nous ne pensons pas que les syndicats accepteront que la question soit remise aux calendes grecques.

Sur le pouvoir d’achat, nous convenons avec le gouvernement que l’augmentation des salaires en elle seule ne fait pas le pouvoir d’achat. Mais les travailleurs ont réclamé la baisse des produits de première nécessité. Quel est ce produit qui a connu une baisse ? Le gouvernement a même proclamé son incapacité malgré la suspension des droits de douane.

Même le prix du baril en baisse qui devrait permettre une baisse conséquente des prix des hydrocarbures n’a pas lieu. Nous constatons par la même occasion sa mauvaise foi à nous restituer nos 50 FCFA pris lors d’une augmentation en juillet dernier.

Aujourd’hui, le gouvernement brandit la distribution des livres  et des semences comme un chantage sur les travailleurs. Nous ne pensons pas que les travailleurs ont demandé cela dans leurs revendications. C’est le gouvernement qui a estimé que ce sont ses prérogatives. Une augmentation de salaires pour améliorer les conditions de travail et de vie en est une.

 

Nabi Youssfou

 

 



15/12/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres