repères, Il y a des valeurs........

repères, Il y a des valeurs........

Courrier des Citoyens

Courrier des Citoyens

 

Cette semaine les citoyens se sont prononcés sur des sujets divers : le choix des Directeurs généraux par appel à candidatures, l’appel des chrétiens contre les régimes corrompus, le monopole de STMB Tours sur le Hadj, la vie de l’UIDH etc..

 

Le Conseil des ministres en sa séance du mercredi 27 janvier dernier a examiné et adopté un décret portant création, composition, attributions et fonctionnement du comité interministériel de sélection des candidats au poste de Directeur général des Etablissements Publics de l’Etat (EPE) et des sociétés à participation majoritaire de l’Etat. De l’appréciation générale, le gouvernement tend vers la promotion de la méritocratie dans le choix des gestionnaires, des managers des sociétés. Chose que bon nombre de Burkinabè avaient toujours réclamée après les mauvaises gestions des sociétés d’Etat constatées çà et là.

Le Burkina a mal à la transparence. Les marchés publics en savent quelque chose. L’application de ce décret pourrait être de la poudre aux yeux.

Le parti au pouvoir a toujours opté pour la promotion de ces cadres. On se demande comment il va gérer une telle situation ? Le comité interministériel peut-il être transparent ?

Il y a des cas de figures qui peuvent contribuer à dévoyer le décret. Pour un poste donné, on peut avoir une seule candidature parce que d’autres ont été dissuadés de ne pas postuler. Il peut aussi avoir plusieurs candidatures avec une qui est presque recommandée.

Des citoyens constatent que des personnes sont souvent envoyées pour occuper des postes même quand on procède à des élections.

Le décret est bon à prendre, mais ils attendent de voir plus de transparence dans son application, ce qui mettra peut être fin au règne « des managers de boutiques ».

 

Un sujet tout aussi apprécié par les citoyens, est la prise de position des chrétiens contre la corruption. En effet, l’organisation « Evangile pour tous » lors d’une conférence sous le thème : «  Le chrétien face à la corruption » a appelé au renversement des régimes corrompus. Bel et courageux appel parce que les autres communautés n’en font pas autant.

Les citoyens font le constat que les régimes corrompus sont aussi des régimes dictatoriaux. Ils souhaitent que l’église aille plus loin pour empêcher la révision de l’article 37 au Burkina. Ils font remarquer qu’en temps de crise, elle sera encore sollicitée pour la paix.

D’autres n’ont pas manqué de parler de la théorie de la libération, une doctrine appliquée par des hommes de l’église en Amérique latine.

 

Il y a eu des réactions à la conférence de presse animée par Maître Ibrahim Koné, Président de l’Union Interafricaine des Droits de l’Homme (UIDH). Le constat est que la situation des droits de l’homme sur le continent est toujours catastrophique malgré la détermination des défenseurs. Se prononçant sur la vie interne de l’UIDH, ils estiment que l’accord qui est trouvé avec le personnel est à prendre car ne dit-on pas toujours qu’un règlement à l’amiable vaut mieux qu’un bon procès ? Ils émettent le vœu que l’UIDH fasse tout ce qui est en son pouvoir pour régler de façon définitive ce contentieux qui a terni son image. D’aucuns pensent même que l’UIDH est en panne de visibilité. Parce qu’ils n’entendent parler que de la RADDHO (Rencontre Africaine des droits de l’Homme).

 

Le Hadj 2009 s’est déroulé il y a deux mois. Comme en 2008, les plaintes sont encore légion. Pour certains Burkinabè le Hadj est devenu une « marque déposée » de STMB-Tours. Ils estiment que malgré l’existence d’un cahier de charges que cette société remplit, elle bénéficie d’une onction de l’autorité politique. Le cahier de charges est taillé sur mesure pour STMB-Tours. Tout comme ce qui se passe dans les marchés publics. Des citoyens estiment qu’il y a une partie invisible de l’iceberg. El Hadj Hamadé Bagrin est un opérateur économique qui n’évolue pas dans un domaine où les marchés publics sont légion. Le Hadj est un marché. STMB-Tours l’a obtenu. Il est aussi récompensé comme les autres pour ses loyaux services.

 

Pour cette nouvelle année 2010, c’est l’Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso qui fait parler d’elle par un mouvement de grève.

Les citoyens constatent qu’en réponse aux revendications des étudiants, la même thérapie de la répression est appliquée. Les étudiants sont mis dans la rue dès les premières échauffourées. Le bras de fer est ainsi engagé. Comme à leur habitude, les autorités vont bander les muscles avant toute amorce de dialogue. On perdra encore du temps.

Au même moment, on constate que c’est toujours la galère dans les universités de Ouagadougou. Les anciens étudiants sont à leur deuxième session de l’année 2008-2009. 

Pour le moment, il n’y a point de rentrée de la nouvelle année académique 2009-2010.

 

Le Burkina a désigné son candidat pour la Commission de la CEDEAO. Il s’appelle Kadré Désiré Ouédraogo, ambassadeur du Burkina à Bruxelles. Il est en train de faire sa dixième année dans la capitale belge. Voilà qu’une autre porte s’ouvre encore à lui. Cette candidature vient remettre en cause les candidatures lancées par la presse en l’occurrence celles de Djibril Bassolet et de Jean de Dieu Somda. Une chose qui confirme que le Président Blaise Compaoré aime déjouer les pronostics. Si Kadré est élu, un poste d’ambassadeur sera vacant à Bruxelles. Djibril Bassolet pourra l’occuper étant déjà dans les méandres des Nations Unies. Comme quoi il y a des gens qui ne chômeront jamais. Le Général Aly Traoré nommé comme le représentant de Blaise Compaoré en Guinée en est une preuve.

 

Yelkayé

 



03/02/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres